La conception du futur se fait en fonction de l’évolution des recherches et des technologies qui en résultent. En termes de moyens de transport, l’automobile a avancé à pas de géant. Depuis les premiers concepts du XVIIIe siècle à notre ère actuelle, ce matériel roulant est passé par de nombreuses études, et celles-ci ne sont pas encore près de s’arrêter. L’apparence comme les fonctionnalités s’améliorent avec le temps, pour rendre l’utilisation la plus facile et la plus fiable possible. De nos jours, l’idée de la voiture électrique semble indiquer l’avenir vers lequel se tourne l’évolution automobile. La mise en avant des points forts se fait par matraquage, dans l’objectif d’une consommation éco-responsable. Malheureusement, un avantage amène systématiquement un inconvénient, et le concept de la voiture électrique n’échappe pas à cette règle. En contrepartie de tous les atouts clamés de l’automobile propre, voici certains défauts essentiels qui méritent d’être mis en lumière.

Les points négatifs à l’utilisation

La raison principale de posséder une voiture répond au besoin de parcourir de longues distances sans devoir s’arrêter trop souvent pour un appoint de carburant. Malheureusement, le défi est loin d’être relevé pour les voitures électriques. En effet, même si les constructeurs indiquent une autonomie théorique de plus de 300 kilomètres pour certains modèles, la réalité en est tout autre. Par ailleurs, si la performance s’avère être louable, l’endurance relève d’une autre paire de manches. Le fait d’appuyer durablement sur le champignon vous permet d’épuiser la batterie plus vite que vous n’avalez les kilomètres. D’autre part, les bornes de recharge ne courent pas encore les rues. Même si elles sont déjà assez nombreuses, elles sont surtout situées dans des zones stratégiques qui ne sont pas évidentes à atteindre lorsque vous roulez déjà sur votre dernière charge. Pour couronner le tout, le temps de charge ne s’adresse pas aux gens toujours pressés. Il faut en effet plus de 12 heures d’affilée pour recharger une batterie à bloc. Certaines bornes disposent quand même d’un système de recharge rapide, mais ce genre d’opération peut détériorer la batterie.

Les problèmes liés à l’entretien

La conception d’une voiture électrique diffère totalement du traditionnel véhicule à moteur thermique. Les pièces mécaniques, les éléments de carrosserie, les systèmes de liaison au sol, tout change. Comme il s’agit d’un moyen de locomotion totalement innovateur, les pièces et accessoires revêtent désormais une complexité beaucoup plus prononcée. Pas de transmission, pas de boîte de vitesse, mais plutôt des centaines de petits gadgets électriques et électroniques qui requièrent une utilisation bien calculée. La sensation que procure le bruit d’un moteur emballé disparaît pour laisser la place à un silence qui douche un peu le plaisir. Par ailleurs, conséquence logique de cette complexité électrique, la durabilité des éléments est assez relative. Un inconvénient majeur à relever concerne le fait que la défaillance d’une composante peut provoquer une réaction en chaîne sur d’autres éléments, comme à l’habitude sur les équipements disposant de plusieurs parties électroniques. Enfin, compte tenu de la nouvelle technologie, tout bricolage est proscrit, contrairement aux possibilités sur une voiture à moteur thermique classique. Même en échange standard, l’intervention d’un spécialiste qualifié est nécessaire.

Un frein important à l’acquisition

Malgré les différentes mesures incitatives, le budget à prévoir pour l’acquisition d’un véhicule électrique pèse lourd. Nouvelle technologie oblige, les différents accessoires et pièces qui composent les voitures électriques coûtent cher, et cette valeur se répercute sur l’ensemble du matériel roulant. Bien que les taxes sur l’écologie et les autres intérêts mis en avant abondent pour attirer les consommateurs, le prix encore élevé constitue un frein pour que les ventes atteignent leur vitesse de croisière. En plus de la voiture elle-même, le budget s’alourdit davantage avec les équipements annexes qui l’accompagnent, notamment au niveau de l’entretien. Même si les constructeurs proposent des services intéressants pour l’installation des bornes domestiques chez vous et d’appoint disséminées en plusieurs endroits, le coût d’entretien y afférent prend quand même une certaine importance. Il en est de même pour les pièces à changer, notamment la batterie, qui peut coûter jusqu’au tiers du prix de la voiture elle-même.

Une éco-responsabilité à remettre en question

L’objectif de la voiture électrique consistait à l’origine à remplacer les moteurs thermiques, accusés de polluer l’environnement. Or, il se trouve que si l’utilisation de la voiture électrique relève d’un geste respectueux de l’environnement, le procédé de fabrication dévoile tout le contraire. En effet, ne serait-ce que pour la fabrication de la batterie, des exploitations de lithium sont entreprises à grande échelle. Ce métal produit pourtant des gaz à effet de serre lors de son exploitation, en plus de son inflammabilité spontanée au contact de l’oxygène. Dans un autre registre, des recherches sont actuellement menées. Le fait de rester exposé à long terme aux effets magnétiques pourrait provoquer un quelconque inconvénient ou conséquence nocive pour le corps humain.