LLD et LOA de voitures

Le contrat de location longue durée était historiquement dédié aux professionnels détenteurs de flotte de véhicules. Pratique pour renouveler régulièrement la flotte sans s’occuper de l’entretien ou encore de la revente, ce type de contrat prime chez les professionnels. Toutefois, la location tend à se développer également dans le secteur du particulier.

Les locations de longue durée

La location longue durée (LLD) permet au locataire de disposer d’un véhicule très rapidement en échange d’un loyer raisonnable pendant une durée allant de quelques mois à plusieurs années. Le montant minimum payé dans le cadre de la location recouvre l’usage du véhicule son assurance et ses différentes révisions. D’autres services complémentaires peuvent être souscrits également. Cependant, une caution encaissable peut-être demandée et le premier loyer est souvent majoré.
En plus de la LLD, la Location avec Option d’Achat (LOA) est tout à fait possible. La grande différence entre les 2 types de locations consiste en la possibilité pour le locataire d’acheter le véhicule au terme du contrat dans le cadre de la LOA. Il devra alors s’acquitter d’une option d’achat convenue au départ.
Quelques points d’alerte communs aux deux formules sont à relever tout de même. Tout d’abord, un contrat de location longue durée (ou une formule avec option d’achat restituée en fin de contrat) vous engage. De ce fait, il est dès lors très difficile, voire même impossible d’en sortir.
De plus, la restitution du véhicule peut vous coûter une fortune si celui-ci se trouve dans un mauvais état. Les frais de remise en état facturés au client peuvent aller du défaut mécanique aux aspects esthétiques.
Enfin, les mensualités à rembourser dépendent de l’intensité d’usage du véhicule. Ainsi, moins le kilométrage annuel contractualisé est élevé, moins la mensualité le sera également. En revanche, le moindre kilomètre effectué au-dessus du quota sera refacturé. L’addition peut vite grimper donc.

Quelle solution pour quelle clientèle ?

Les 2 formules sont très proches les unes des autres. En ce sens, la question portant sur le choix de la formule à adopter se pose naturellement pour le client. La location avec option d’achat s’adresse à une clientèle plus hésitante entre un achat et une location de véhicule. En effet, le contrat de location se réalise auprès d’un organisme de crédit qui sera propriétaire du véhicule durant l’ensemble du contrat jusqu’à l’achat éventuel du véhicule. Ainsi, cette offre est adaptée aux clients indécis et préférant reporter leur décision d’achat à l’issue du contrat. La location sans option d’achat quant à elle, est destinée à l’ensemble des clients souhaitant disposer d’un véhicule très récent sans pour autant en être le propriétaire. La souplesse de la formule constitue un réel atout. En effet, puisque le véhicule ne peut être revendu au locataire, le montant du loyer est alors plus intéressant que sur une formule avec option d’achat. Aussi, dans certains cas, aucun apport ne vous sera demandé. De ce fait, il s’adresse un peu plus aux professionnels disposant d’une flotte d’automobiles récentes à renouveler régulièrement. Cependant, l’offre peut tout à fait convenir aux particuliers également.

Comment faire son choix ?

Plusieurs paramètres sont à prendre en compte afin de réaliser correctement votre choix.
Certains feront aisément pencher la balance en faveur d’une option ou l’autre. Dans ce cas de figure, on peut citer par exemple le fait de vouloir acquérir le véhicule en fin de contrat. Si tel est le cas, la formule avec option d’achat sera la solution qui vous conviendra. Également, si vous êtes peu réticent à l’idée de vouloir payer un apport au démarrage du contrat la location sans option d’achat sera la meilleure option.
Pour ce faire, les différents loueurs proposent de réaliser directement en ligne, une simulation complète pour les deux offres. En effet, les offres de location se sont multipliées ces dernières années et abondent désormais sur internet. Plus besoin donc de vous déplacer en concession afin de réaliser le comparatif.
Veuillez noter que les différences sont tout de même assez significatives entre les uns et les autres. Aussi, étudiez scrupuleusement l’ensemble des termes du contrat, y compris les surcoûts éventuels puisqu’ils constituent la plus grande disparité d’une proposition à une autre.